Mort de la romancière Christine de Rivoyre (1921-2019)

Mort de la romancière Christine de Rivoyre (1921-2019)

C’est avec une très grande tristesse que nous avons appris la mort de Christine de Rivoyre, survenue le 3 janvier 2019.

Journaliste au Monde et directrice littéraire de Marie-Claire, elle publia son premier ouvrage, L’Alouette au miroir, en 1957. Ses romans, quatorze en tout, occupèrent pendant près de quarante ans le haut des listes de ventes de livres en France. Citons, entre autres, La Mandarine, Le Petit matin, Boy, Belle-Alliance ou Reine-Mère.

 Dans les années 70, Christine de Rivoyre avait fait le choix de venir s’installer à Onesse-et-Laharie, dans la maison de sa mère. Amoureuse du village et de la région, tous deux liés à son histoire familiale et à son enfance, elle défendit avec passion le patrimoine landais et encouragea notamment la création de l’écomusée de Marquèze.

 Elle laisse dans son œuvre des pages incomparables sur les habitants des Landes – on se souvient du portrait Marie Lacoste en préface de la Cuisine landaise écrit par ses deux soeurs -, leurs traditions, et sur la forêt, dont elle célébrait la richesse et la diversité. « Les Landes, écrivait-elle, c’est mon cœur géographique. »

 Membre du jury Médicis depuis 1971, elle faisait régulièrement don à la médiathèque de Morcenx d’un nombre important d’ouvrages.

Elle comptait dans le village, dans la région et un peu partout en France de nombreux amis qui aujourd’hui partagent une même peine. Une association « Les Amis de Christine de Rivoyre » a été créée à Onesse-et-Laharie avec pour mission de préserver et de transmettre ce fabuleux patrimoine littéraire.

 Christine de Rivoyre était officier de la Légion d’honneur et commandeur des Arts et Lettres.